« Nous sommes Charlie », mais sociologues aussi… Pour une éducation civique efficace, enfin !

par Sarah Gensburger et Sandrine Lefranc, Chercheuses au CNRS, auteures de Politiques publiques de la mémoire (Presses de Sciences Po, 2010) et Mobilisations de victimes (dir. avec L. Mathieu, PUR, 2009).

Au lendemain des mobilisations massives du 11 janvier 2015, qui ont réagi aux actes criminels commis les jours précédents en France, la question est posée : qu’est-ce qui peut faire d’une journée, déjà qualifiée d’« historique », le point de départ de changements politiques et sociaux  garantissant que ces crimes ne se reproduisent plus ? Continuer la lecture de « Nous sommes Charlie », mais sociologues aussi… Pour une éducation civique efficace, enfin !

« Voilà ce que signifie commémorer aujourd’hui! », en toute innocence

Réaction à l’allocution du Président de la République François Hollande pour le lancement des commémorations du Centenaire de la Première guerre mondiale, 7 novembre 2013

par Sarah Gensburger et Sandrine Lefranc, CNRS/ ISP – Université Paris Ouest – Paris, 11 novembre 2013

«J’ai trouvé que le président avait prononcé un très beau discours qui était celui que l’on attendait», c’est par ces mots que Jean-François Copé a salué l’allocution pour le lancement des commémorations du Centenaire de la Première guerre mondiale du président de la République du 7 novembre dernier. Quelles que soient ses raisons de le dire, Jean-François Copé n’a pas tort : il s’agit d’un très beau discours. C’est d’ailleurs, avouons d’emblée notre duplicité, celui que nous tenons aux cinq jeunes enfants que nous comptons à nous deux. Continuer la lecture de « Voilà ce que signifie commémorer aujourd’hui! », en toute innocence

MEMORY: WHAT FOR ?

par Sarah Gensburger et Sandrine Lefranc, CNRS – ISP / Université Paris Ouest

Lois « mémorielles », projets de musées − tels celui de la « Maison d’histoire de France » − et autres formes de représentation publique du passé n’ont pas cessé de susciter des controverses, en France et ailleurs, au cours de ces dernières décennies. Ces débats, parfois vifs, n’ont pourtant jamais entamé l’espoir que nous soyons collectivement capables de retirer les « leçons du passé ». Bien au contraire, des sciences de la gestion des legs des violences politiques (dictature, guerre civile, génocide) ont connu une forte croissance, passant rapidement des universités aux politiques publiques nationales et internationales comme celles dites de « justice transitionnelle ». Continuer la lecture de MEMORY: WHAT FOR ?