Formes et usages comparés du passé juif oriental

Formes et usages comparés du passé juif (voir le texte en entier ici)
Cette recherche s’inscrit dans une réflexion plus large sur l’articulation entre reconstruction de la mémoire collective et migration qui n’a soulevé dans les travaux en sciences sociales, en dépit des travaux pionniers de R. Bastide qu’un intérêt modéré ou relativement marginal, à l’exception de ces dernières années. Pourtant, réfléchir aux effets de ces migrations multiples sur le lien social, sur le rapport au territoire, sur la capacité d’un groupe à maintenir une continuité, engage une questionnement autour de la mémoire collective, comme mémoire partagée du passé, et des mutations sociales: de ces situations de migration une spécificité propre émerge-t-elle, qui dépasserait les questions classiques relatives à la mémoire collective, à la transmission et aux relations entre générations ou à la recomposition des identités sociales ?

L’enjeu de ce travail est de réfléchir de manière plus large sur ce que l’étude des communautés diasporiques et/ou immigrées, a fortiori quand ces dernières sont marquées par des migrations multiples et par leur caractère hétérogène, nous enseigne quant aux mécanismes de la mémoire et à ses fonctions sociales.
Pour répondre à ces questions, ce travail se nourrit des multiples approches théoriques et empiriques développées ces dernières décennies sur la mémoire, dans plusieurs disciplines des sciences humaines et sociales, ainsi que sur les migrations et les diasporas. En suivant les évolutions de ces recherches, il vise à en évaluer la pertinence à partir d’un objet d’étude singulier: à savoir les liens et les représentations, partagées ou non, que les juifs tissent entre eux, fondés sur leur passé en Égypte, et ce par-delà la diversité de leurs parcours migratoires et de l’hétérogénéité de leurs “origines”. J’envisage ces liens et ces représentations dans leurs évolutions, elles-mêmes ancrées dans un contexte social et historique toujours singulier.
Michèle Baussant, CNRS – Centre de Recherches Français de Jérusalem

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.