Archives par mot-clé : Ville

Luttes de plaques

Analyse des controverses interprétatives des « années de plomb » italiennes à travers les plaques commémoratives à la gare de Bologne et à Piazza Fontana à Milan

Federica ROSSI

(Photo à la une et Fig. 1 : Plaque apposée par les anarchistes, camarades et amis de Pinelli, ainsi que par les étudiants et démocrates de Milan: « A Giuseppe Pinelli, cheminot anarchiste, tué innocent dans les locaux de la préfecture de Milan, le 16 décembre 1969. Les étudiants et les démocrates de Milan »)

Lotta di lapidi

Les années de l’après-68 et toute la décennie 1970 ont été caractérisées en Italie par de forts mouvements sociaux, par la radicalisation progressive des groupes politiques extra-parlementaires et le recours croissant à la violence comme moyen de lutte. Les actions armées menées par des organisations d’extrême gauche notamment à partir de la deuxième moitié de la décennie ciblaient des individus (jambisations, assassinats) perçus comme étant des « rouages du pouvoir ». Toutefois, ces actions n’étaient pas la seule forme que prenait la violence physique « non légitime » : des attentats à la bombe dans des lieux publics, d’origine néofasciste, ont également ponctué la période et causé des centaines de morts et de blessés. Cette période de forte conflictualité sociale et politique demeure encore aujourd’hui un enjeu de controverses politiques, judiciaires et historiographiques, est utilisée stratégiquement par des acteurs variés et refait sans cesse surface dans les débats publics.

Les « vies » de deux plaques commémoratives à Bologne et à Milan, ici étudiées, offrent des exemples des controverses et des usages publics de l’histoire récurrents des « années de plomb » et permettent de voir comment les concurrences interprétatives du passé s’accommodent des luttes politiques actuelles. Vecteurs de transmission et d’interprétation de la violence des années soixante-dix, ces plaques constituent non seulement un moyen d’inscrire la mémoire d’un événement dans l’espace urbain, mais aussi de façonner l’identité politique de la ville et du pays en imposant un (nouveau) sens aux événements passés.

La première plaque considérée est celle qui commémore la mort de l’ouvrier anarchiste Giuseppe Pinelli dans les locaux de la préfecture de Milan. Arrêté quelques jours après l’attentat à la bombe du 12 décembre 1969 à Piazza Fontana – qui sera ensuite établi être d’origine néofasciste –, le militant est retrouvé mort à l’extérieur du commissariat au bout de trois jours d’interrogatoire « tombé » par la fenêtre du bureau du commissaire Calabresi. Les vives polémiques autour de l’explication de cette mort – les militants accusant les agents de police, les policiers défendant la thèse d’un suicide – ne s’apaisent pas avec la sentence rendue par le juge D’Ambrosio en 1975 qui affirme la version d’un « malaise » de Pinelli et se reproduisent encore aujourd’hui autour des plaques commémoratives. Une première plaque dédiée l’ouvrier anarchiste sur la Piazza Fontana est apposée en 1977 par un groupe de militants, étudiants et anciens résistants devant la Banque où avait explosé la bombe, à côté de la plaque commémorant les noms des victimes de l’attentat. L’inscription est la suivante : « A Giuseppe Pinelli, cheminot anarchiste, tué innocent dans les locaux de la préfecture. Les étudiants et les démocrates milanais » (Fig. 1). Très rapidement des élus locaux, des magistrats et des représentants de la police protestent et font pression pour que la plaque soit enlevée : la cristallisation des débats sur le caractère illégal d’une plaque dont l’apposition n’a pas été autorisée ne cèle pas que le centre de la controverse soit en réalité la version de la mort de Pinelli qu’elle donne et qui s’oppose à la version officielle. Malgré les pressions et les demandes récurrentes, plusieurs tentatives de la déplacer – en 1987, le maire socialiste Paolo Pillitteri annonce vouloir déplacer la plaque au Musée d’histoire contemporaine de Milan – la plaque militante, défendue par les intellectuels, étudiants et militants, reste sur la place. En 2006, le maire de droite Gabriele Albertini, donne le feu vert à l’enlèvement de la plaque militante, qui est remplacée dans la nuit par une nouvelle plaque officielle de la mairie au texte similaire, mais qui change la version de la mort de l’anarchiste : « A Giuseppe Pinelli, cheminot anarchiste, innocent mort tragiquement dans les locaux de la préfecture de Milan le 15.12.1969 » (Fig. 2). Le remplacement de la plaque, provoque un tollé et quelques jours plus tard des militants et citoyens de Milan manifestent jusqu’à Piazza Fontana, où ils replacent une plaque identique à l’ancienne. Les deux plaques coexistent désormais, l’une à côté de l’autre sur la place, exprimant une version différente et opposée de l’événement. Les controverses sont toutefois loin de s’apaiser. Si les élus locaux et nationaux de partis de droite renouvèlent constamment la demande d’enlèvement de la plaque militante, les groupes militants de gauche, de leur côté, font souvent des actions pour « corriger » la plaque de la mairie (Fig. 4 et 5).

La plaque apposée à la gare de Bologne commémore l’attentat à la bombe d’origine néofasciste qui y a eu lieu le 2 aout 1980 et est, depuis trente ans, le lieu de mémoire de la strage 1  où toutes les célébrations annuelles de l’attentat se tiennent. Les contestations de la part des élus locaux et nationaux des partis de droite qui ont accompagné presque dès le début la plaque, se focalisent sur l’adjectif fasciste qui y apparait : « 2 août 1980. Victimes du terrorisme fasciste » (Fig. 6). Les premières protestations et demandes formelles de « correction » de la plaque sont présentées au Parlement en 1990, suite à l’acquittement des militants d’extrême droite précédemment condamnés en tant qu’exécutants de la strage. Les polémiques suivent ainsi les chemins tortueux et souvent contradictoires que prennent les enquêtes et l’histoire judiciaire de l’événement. Toutefois, leur intensification au cours des quinze dernières années reflète également les changements intervenus dans le champ politique italien depuis le milieu des années 1990 et l’arrivée d’une nouvelle droite au pouvoir. L’élection d’un maire de droite, Giorgio Guazzaloca, en 1999, pour la première fois dans l’histoire de la ville, favorise les demandes de révision de la plaque : tout en ne donnant pas suite à ces propositions, le maire omet toujours néanmoins de ses discours commémoratifs annuels l’adjectif fasciste et ce n’est qu’avec le retour d’un maire de gauche en 2004, Sergio Cofferati, que la formule classique du discours est rétablie. Les contestations de la plaque continuent toutefois de la part de représentants de la droite locale et nationale qui considèrent l’origine néofasciste de la strage comme un « dogme politico-judiciaire qu’il serait temps de démystifier »2 . En septembre 2010, une nouvelle polémique éclate en raison de l’apposition d’une plaque supplémentaire à la gare par l’Unesco, qui ne mentionne pas l’adjectif fasciste : « Ce lieu, témoin du massacre terroriste du 2 août 1980 a été inséré dans le programme Unesco 2001-2010 « Patrimoines messagers pour une culture de la paix et de la non violence » afin que la douleur ne soit pas immobile dans le souvenir, mais témoignage vivant de la volonté de construire les défenses de la paix dans l’esprit des jeunes ». De nombreux intellectuels et organisations militantes expriment leur désapprobation, le président de l’association se dit tout de même satisfait de la reconnaissance officielle internationale que le lieu de mémoire a reçu, tandis que les partis et les organisations d’extrême droite se félicitent de ce nouvel intitulé où disparait la référence fasciste pour laisser la seule définition « terroriste ».

Les controverses autour des plaques à Milan et Bologne montrent à quel point la mémoire des années 1970 est encore fortement conflictuelle, puisqu’elle est encore très fortement investie politiquement. Il s’agit d’une mémoire politique au moins pour trois aspects : premièrement, cette période constitue une saison de profondes polarisations politiques, les deux événements ici mentionnés, la mort de Pinelli et la bombe à gare de Bologne, étaient le fruit d’un contexte politique particulier, ou même directement motivés politiquement, et ont divisé la société toute entière ; ensuite, l’interprétation de ces deux événements, tout comme de la décennie dans son ensemble, continue d’être politique, car elle est constamment re-politisée par les usages qui en sont faits et par les oppositions politiques qu’elle reproduit. Enfin, c’est une mémoire politique car les représentations officielles du passé – par les plaques, les monuments, les noms de rue, les commémorations, etc. – sont le produit de luttes politiques pour l’imposition d’un sens aux événements, pour la construction d’un récit officiel, qui se voudrait consensuel, mais qui est sans cesse défié par des mémoires concurrentes.

Figure 2: Plaque placée par la Mairie de Milan en 2006 qui voulait ainsi remplacer la plaque militante : « A Giuseppe Pinelli, cheminot anarchiste, mort tragiquement dans les locaux de la préfecture de Milan le 16 décembre 1969 »
Figure 2: Plaque placée par la Mairie de Milan en 2006 qui voulait ainsi remplacer la plaque militante : « A Giuseppe Pinelli, cheminot anarchiste, mort tragiquement dans les locaux de la préfecture de Milan le 16 décembre 1969 »
Figure 3: Les deux plaques sont désormais l’une à côté de l’autre devant la préfecture de Milan.
Figure 3: Les deux plaques sont désormais l’une à côté de l’autre devant la préfecture de Milan.
Figure 4 : un exemple de plaque « corrigée » par des militants en 2012 pendant la manifestation commémorative de la strage de Piazza Fontana.
Figure 4 : un exemple de plaque « corrigée » par des militants en 2012 pendant la manifestation commémorative de la strage de Piazza Fontana.
Figure 5 : un autre exemple de plaque « corrigée » (2013).
Figure 5 : un autre exemple de plaque « corrigée » (2013).
Figure 6: plaque apposée par l’association des victimes : « 2 août 1980. Victimes du terrorisme fasciste » suivi par les noms des 85 victimes et leur âge.
Figure 6: plaque apposée par l’association des victimes : « 2 août 1980. Victimes du terrorisme fasciste » suivi par les noms des 85 victimes et leur âge.
Figure 7: La plaque de l’Unesco placée après la désignation de la gare de Bologne comme lieu de paix : « Ce lieu, témoin du massacre terroriste du 2 août 1980 a été inséré dans le programme Unesco 2001-2010 "Patrimoines messagers pour une culture de la paix et de la non violence" afin que la douleur ne soit pas immobile dans le souvenir, mais témoignage vivant de la volonté de construire les défenses de la paix dans l’esprit des jeunes ».
Figure 7: La plaque de l’Unesco placée après la désignation de la gare de Bologne comme lieu de paix : « Ce lieu, témoin du massacre terroriste du 2 août 1980 a été inséré dans le programme Unesco 2001-2010 « Patrimoines messagers pour une culture de la paix et de la non violence » afin que la douleur ne soit pas immobile dans le souvenir, mais témoignage vivant de la volonté de construire les défenses de la paix dans l’esprit des jeunes ».

  1. Mot italien qui signifie massacre et couramment utiliser pour désigner les attentats à la bombe dans les lieux publics. []
  2. Déclaration du porte-parole du Popolo delle Libertà (parti de Silvio Berlusconi) de Bologne. Cf. « E il Pdl annuncia: dal 2010 manifestazioni separate », La Repubblica, 3 août 2009. []