Archives par mot-clé : Passage à l’acte violent

Chronique So What

Rendez service à la société : élevez vos enfants en misanthropes !  Une hypothèse sur l’exécution des crimes politiques

Les sciences sociales se sont beaucoup souciées de comprendre pourquoi un homme consentait sans trop de difficulté à tuer un autre homme, une femme, un enfant, qu’une autorité lui désignait comme ennemis. Si on discute encore beaucoup de savoir si les exécuteurs des massacres sont des hommes tout à fait « ordinaires » (Arendt, 1991 ; Terestchenko, 2007 ; Delpla, 2011), du moins a-t-on renoncé au confort des histoires de monstres « extraordinaires ». C’est qu’on a recensé trop peu de « fous » − dans les rangs de très rationnels responsables nazis, dans les bataillons disciplinés du IIIe Reich comme dans les bandes de voisins rwandais − pour accuser des monstres d’être les responsables de ces meurtres en masse.

La violence collective n’est donc pas le fait d’abord de l’anormal, du pervers, de l’homme trop proche de présumées pulsions naturellement violentes, ou de l’asocial pathologique. Ni la forme d’un crâne, ni un comportement précocement agressif repérable dès la crèche, ne sont des indices d’une disposition à prendre part aux conflits politiques violents. La froideur et le narcissisme des modernes ont retenu l’attention des sociologues (Bauman, 2002 ; Adorno, 2005), mais sous une condition minimale : il s’agit d’une froideur des relations, propre à un ordre social et non à une personnalité. Les violences collectives sont, en effet… collectives. Continuer la lecture de Chronique So What