Archives par mot-clé : identité

Formes et usages comparés du passé juif oriental

Formes et usages comparés du passé juif (voir le texte en entier ici)
Cette recherche s’inscrit dans une réflexion plus large sur l’articulation entre reconstruction de la mémoire collective et migration qui n’a soulevé dans les travaux en sciences sociales, en dépit des travaux pionniers de R. Bastide qu’un intérêt modéré ou relativement marginal, à l’exception de ces dernières années. Pourtant, réfléchir aux effets de ces migrations multiples sur le lien social, sur le rapport au territoire, sur la capacité d’un groupe à maintenir une continuité, engage une questionnement autour de la mémoire collective, comme mémoire partagée du passé, et des mutations sociales: de ces situations de migration une spécificité propre émerge-t-elle, qui dépasserait les questions classiques relatives à la mémoire collective, à la transmission et aux relations entre générations ou à la recomposition des identités sociales ?

Continuer la lecture de Formes et usages comparés du passé juif oriental

Quand le sang (des victimes) gouverne la mémoire

Légende de la photo : « On ne tâche pas le foulard des Mères des disparus. On ne négocie pas avec l’ADN ».  Le foulard est porté par les Mères de la Place de mai en Argentine en référence aux langes des enfants qui leur ont été enlevés : les militants opposés à la dictature militaire (1976-1983), victimes de disparitions forcées

Cuando la sangre (de las víctimas) gobierna la memoria

Il y a quelques mois, en Argentine, Ignacio Guido, petit-fils d’Estela de Carlotto, présidente des Grands-mères de la Place de Mai a fait son apparition. Il était le 114e d’une liste impressionnante : celle des enfants ou bébés volés par la dictature militaire entre 1976 et 1983 qui bien des années plus tard, ont retrouvé − l’italique prend ici tout son sens − leur identité. Le cas du petit-fils de de Carlotto en est un parmi d’autres de cette série. Mais il fut très particulier et mit en avant certaines des particularités de ce qui constitue aujourd’hui un phénomène planétaire : les Grands-mères de la Place de Mai. Je n’en retiendrai qu’une : le pouvoir du sang1. Continuer la lecture de Quand le sang (des victimes) gouverne la mémoire

  1. Mais bien d’autres auraient mérité un article dont l’Argentine resterait le centre : le traitement de l’affaire sur les plateaux de la télé-poubelle, la preuve que la sensibilité humanitaire a été élevée au rang de vérité partagée, la politique de la mémoire devenue « image de marque » nationale… []