À propos

par Sarah Gensburger et Sandrine Lefranc, CNRS – ISP / Université Paris Ouest

Lois « mémorielles », projets de musées − tels celui de la « Maison d’histoire de France » − et autres formes de représentation publique du passé n’ont pas cessé de susciter des controverses, en France et ailleurs, au cours de ces dernières décennies. Ces débats, parfois vifs, n’ont pourtant jamais entamé l’espoir que nous soyons collectivement capables de retirer les « leçons du passé ». Bien au contraire, des sciences de la gestion des legs des violences politiques (dictature, guerre civile, génocide) ont connu une forte croissance, passant rapidement des universités aux politiques publiques nationales et internationales comme celles dites de « justice transitionnelle ».

L’évocation du passé passe pour instruire les ignorants, bien sûr, mais aussi pour apaiser les victimes, inciter les coupables à la reconnaissance des faits, réconcilier les sociétés. Plus encore « commémorations » et « transmission » sont censées armer les individus, ainsi sensibilisés, pour leur permettre de refuser les discriminations, l’intolérance, la violence présentes. Le passé aurait des « leçons » à nous donner. Très rares sont ainsi ceux qui interrogent l’idée selon laquelle l’évocation du passé au présent − au travers d’une loi, dans une école, un musée ou une institution spécialisée − a des effets sur les publics.

Ce site internet a pour ambition de questionner cette évidence. Il s’agit de mettre à l’épreuve une telle croyance, en même temps que d’autres poncifs fréquemment exprimés au sujet de la fonction sociale du rappel public du passé dans les sociétés contemporaines. Ces poncifs peuvent être exprimés sous la forme de questions désormais familières, que le site prendra ainsi au sérieux pour montrer qu’elles sont mal posées :

  • « Nos sociétés sont-elles « malades » de leur passé ? »
  • « Faut-il ne pas oublier pour ne pas répéter les erreurs du passé ? »
  • « Le passé a-t-il des leçons à nous donner ? »
  • « Le rappel du passé peut-il aider à construire un citoyen éclairé, refusant le passage à l’acte violent ? »
  • « Après une guerre, peut-on reconstruire une société, réécrire son « contrat social » ? ».

L’objectif de ce site, conçu comme un lieu de diffusion des connaissances, n’est pas, toutefois, seulement, ni même principalement, de dénoncer ces poncifs comme tels. Il est, de manière beaucoup plus pertinente à nos yeux, de tenter de comprendre pourquoi et comment ils sont devenus des vérités d’évidence, dans les sciences sociales presque autant que dans les médias et les politiques publiques, mais aussi de proposer des explications alternatives.

Si ces poncifs se sont installés, c’est parce qu’ils rassurent, en permettant par exemple d’éluder le caractère ordinaire de la violence, et qu’ils simplifient le raisonnement. Mais c’est aussi parce qu’ils servent des positions politiques et justifient en partie des titres et des fonctions professionnels − parmi lesquels d’ailleurs, ceux de nombre des contributeurs à ce site.

Si, disons le tout de suite, la politisation des « enjeux de mémoire » comme le développement de métiers dans ces domaines, sont parfaitement légitimes, ils ont eu pour effet une multiplication de discours creux, infondés, mal construits, dans les médias, dans l’espace et les politiques publics, voire dans l’arène éducative et scientifique. Nous avons en effet constaté dans nos domaines de compétence spécifiques que les politiques de mémoire, ou tout autre forme de mobilisation ayant trait au passé charrient des convictions qui sont pour beaucoup infirmées par les sciences sociales. Ce site veut tirer, le plus simplement possible, les conséquences de ce que savent les sciences sociales concernant le rapport de nos sociétés aux passés violents. Il veut fournir les réponses claires que la recherche en sciences sociales donne à nombre de ces questions, pourtant mal posées.

Ce site internet espère ainsi faire la liaison entre le monde de la recherche sur la « mémoire » et la grand public, ou du moins ceux qui s’y adressent au quotidien : journalistes, responsables associatifs, institutions culturelles ou membres du personnel politique, etc. Ce site est ainsi pleinement ancré dans les sciences sociales, au sens où nous sommes convaincues que les politiques « mémorielles » ne peuvent être analysées indépendamment des pratiques sociales ordinaires. Ce site est donc un site scientifique, exigeant et sélectif. Mais il veut être accessible à tous, en parlant une langue à la fois rigoureuse, précise et simple, et en posant les questions-clés : qui ? quoi ? quand ? pourquoi ? et surtout, comment… les politiques de mémoire ?

Pour nous contacter : memorysowhat@hotmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *