« Voilà ce que signifie commémorer aujourd’hui! », en toute innocence

Réaction à l’allocution du Président de la République François Hollande pour le lancement des commémorations du Centenaire de la Première guerre mondiale, 7 novembre 2013

par Sarah Gensburger et Sandrine Lefranc, CNRS/ ISP – Université Paris Ouest – Paris, 11 novembre 2013

«J’ai trouvé que le président avait prononcé un très beau discours qui était celui que l’on attendait», c’est par ces mots que Jean-François Copé a salué l’allocution pour le lancement des commémorations du Centenaire de la Première guerre mondiale du président de la République du 7 novembre dernier. Quelles que soient ses raisons de le dire, Jean-François Copé n’a pas tort : il s’agit d’un très beau discours. C’est d’ailleurs, avouons d’emblée notre duplicité, celui que nous tenons aux cinq jeunes enfants que nous comptons à nous deux.

Mais, comme le rappelle lui-même François Hollande, « il y a le travail des chercheurs ». Tous ne sont pas historiens. C’est en tant que sociologues que nous voulons dire ici ce que nous ne disons pas à nos enfants. Les historiens appellent à ne pas se contenter de la commémoration et scrutent son contenu ; ce qui nous intéresse c’est ce que fait la commémoration, et surtout ce qu’elle ne fait pas.

« Commémorer c’est saisir la force des générations qui nous ont précédés afin de faire des leçons de vie pour les suivantes »

François Hollande partage la foi des organisations internationales dans ces lessons learnt qui sont supposées inspirer, mécaniquement, de « bonnes pratiques ». Qui douterait de l’efficacité des leçons transmises du parent à l’enfant, de l’homme à son prochain, de génération en génération ? Le Président dit sa pitié pour les « innocents » qui ne croient pas que l’Histoire « se répète » et doutent des effets sociaux de la commémoration. Nous nous proclamons innocentes.

Le citoyen spectateur de la commémoration est supposé rentrer chez lui, ou passer du canapé-télévision à la table du repas, avec cette leçon nouvelle durablement installée en lui telle un moteur pour l’action future. Il en irait de même pour l’élève après son cours d’histoire ou le visiteur passé par le musée-mémorial. Mais les personnes n’agissent pas en écoutant leur petite voix intérieure. Il n’a pas été si difficile de tuer pour les bataillons engagés dans le « génocide par balle » sous le IIIème Reich. Ils l’ont fait non en rompant difficilement avec les leçons reçues mais en mettant celles-ci au service de l’acte violent, à l’instar de ces soldats convaincus d’avoir agi humainement en tuant les enfants en même temps que les mères. Ce ne sont pas les leçons, qu’elles soient haineuses ou bienveillantes, qui font agir. Les individus agissent en fonction de ce qu’ils sont socialement et ce dans l’instant présent, c’est-à-dire pris dans une situation sociale, par exemple dans l’intimité des camarades de tranchée. Et ce savoir sociologique vaut y compris pour les « crises », ces moments où, selon François Hollande, les leçons doivent être mobilisées.

« Les commémorations constituent aussi un moment exceptionnel pour la transmission »

Une fois les leçons du passé transmises, leur efficacité ne va donc pas de soi. Mais notre innocence nous conduit à questionner jusqu’à l’effectivité de cette « transmission ». La commémoration est « un moment exceptionnel », nous dit François Hollande. Elle l’est effectivement : le citoyen qui participe à la commémoration nationale fait, on le sait, figure d’exception. Les cérémonies organisées par les préfets au rythme du calendrier commémoratif national sont désertées. Le plus est certes parfois l’ennemi du bien : que se passe-t-il alors pour ceux qui participent à ces commémorations ?

« Il n’est pas de reconnaissance plus forte que celle de la connaissance. Et s’il y a un principe que je retiens, c’est que la mémoire ne divise pas, jamais, elle rassemble ». Transmission d’un savoir commun et partagé par tous. Vraiment ? Là encore, les faits invitent à la prudence. Les sociologues que nous sommes rappelleront que le contenu transmis a tendance à se déformer, sinon se perdre, au cours de la transmission ; que, pour s’opérer, la transmission se doit d’être polysémique, parfois contradictoire ; qu’on ne transmet finalement jamais mieux que lorsque le contenu à transmettre est déjà là, dans l’esprit de celui qui assiste à la commémoration. Plus encore, le plus souvent, celui qui écoute le rappel du passé l’accepte pour l’échange qu’elle lui permet d’avoir avec le récitant, qui fait autorité ; il l’écoute avec ferveur, mais d’une oreille distraite. Non, la commémoration ne parle pas une seule langue et celle-ci n’est pas, loin s’en faut, celle des « anonymes » acclamés par François Hollande. Comprendre quelles langues elle parle, comment elle les parle, d’où elle parle, à qui elle parle et au final de quoi elle parle, pour ceux qui l’entendent, nous semble tout aussi important, pour ne pas dire nécessaire, que de déterminer l’exactitude et la pertinence des faits historiques dont elle parle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *