L’enseignement des passés violents

Rita El Khoury, étudiante en master à la Paris School of International Affairs, Sciences Po, Paris

Texte à lire ici : L’enseignement des passés violents

En Janvier 2015, les frères Kouachi et Amedy Coulibaly, autrefois élèves sur les bancs de l’école républicaine, perpètrent des attentats qui laissent la France sous le choc. La question qui se pose alors est la suivante : pourquoi l’enseignement et l’éducation civique ne les ont-ils pas empêché de basculer dans le terrorisme? La question du rôle et de l’efficacité de l’école dans la prévention de la violence se repose avec acuité. L’étude de terrain exposée ici cherche à répondre à ces interrogations en proposant une analyse de l’enseignement de la Shoah actuellement délivré en France. Elle s’appuie sur trois enquêtes menées au mémorial de la Shoah et à l’École professorale de l’enseignement et de l’éducation (ESPE). Le premier constat est le suivant : les enseignants sont aujourd’hui tiraillés entre un « devoir d’Histoire », qui suppose de rendre les événements intelligibles aux élèves par l’objectivité et la distance critique, et un « devoir de Mémoire », qui implique d’utiliser l’empathie ou l’identification à des fins pédagogiques. Les enquêtes de terrain menées au mémorial de la Shoah et à l’ESPE montrent que la formation proposée aux professeurs et l’enseignement qu’ils délivrent ne permettent pas totalement d’échapper au piège de l’émotion paralysante et ne laissent que peu de place à l’approche critique. L’enseignement échoue à prévenir la violence et peut même aller jusqu’à susciter des phénomènes de rejet de la part des élèves, nourrissant la « concurrence des mémoires » et le communautarisme. Les résultats de l’étude tendent à montrer que l’approche éducative doit être repensée pour ne plus véhiculer des valeurs « toutes faites » mais plutôt interroger les mécanismes mêmes qui mènent à la violence.

In January 2015, France was in shock after three days of terror and five terrorist attacks. The three perpetrators of the shootings were French and had received an education based on republican and democratic values, which raises an acute issue : why has education been failing in preventing violence ? This study, based on a field survey at the French Shoah Memorial and at the French School of Education (ESPE), tries to provide answers to this question by analyzing how the Holocaust is currently teached in French schools. It is based on the following observation : teachers are currently facing a dilemma between a « historical approach », which requires objectivity and critical thinking, and the « duty of remembrance », wich implies using emotion and bringing the children to identify with the victim in order to propagate civic values. The field surveys led at the Shoah Memorial and at the ESPE show that teachers still resort to emotions, making it hard or even impossible for students to develop a critical thinking on given facts.   Thus, the teaching of the Holocaust as it has been delivered fails in preventing violence. It has even been triggering feelings of rejection and hostility, nurturing « rivalries for remembrance » and communautarism. The results of the study tend to push forward the idea of a new educational approach which would question and analyze the mechanisms behind violence rather than hand out ready-made values.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *