Quand le sang (des victimes) gouverne la mémoire

Légende de la photo : « On ne tâche pas le foulard des Mères des disparus. On ne négocie pas avec l’ADN ».  Le foulard est porté par les Mères de la Place de mai en Argentine en référence aux langes des enfants qui leur ont été enlevés : les militants opposés à la dictature militaire (1976-1983), victimes de disparitions forcées

Cuando la sangre (de las víctimas) gobierna la memoria

Il y a quelques mois, en Argentine, Ignacio Guido, petit-fils d’Estela de Carlotto, présidente des Grands-mères de la Place de Mai a fait son apparition. Il était le 114e d’une liste impressionnante : celle des enfants ou bébés volés par la dictature militaire entre 1976 et 1983 qui bien des années plus tard, ont retrouvé − l’italique prend ici tout son sens − leur identité. Le cas du petit-fils de de Carlotto en est un parmi d’autres de cette série. Mais il fut très particulier et mit en avant certaines des particularités de ce qui constitue aujourd’hui un phénomène planétaire : les Grands-mères de la Place de Mai. Je n’en retiendrai qu’une : le pouvoir du sang1.

La joie est générale, les réseaux sociaux sont inondés de messages euphoriques. La presse fête l’arrivée du nouveau petit-fils, la joie de la grand-mère enfin reconnue, la capacité nationale de faire face au passé récent, plutôt rare dans la région. Tout ce qui touche alors aux Grands-mères de la Place de Mai n’est que joie, une joie qui s’exprime sur Facebook par des milliers de J’aime : la photo de la grand-mère et du petit-fils (« Ils se ressemblent tellement, regarde ce sourire »), les commentaires de la tante du retrouvé (« Je l’ai dit à maman, il est comme son père, il n’a rien de Laura »). La joie générale se compose à parts égales de réjouissance militante, celle associée au combat des Grands-mères de la Place de Mai et au triomphe de cette stratégie qui mêle intelligemment science, protection de la famille et persévérance ; d’émotion, celle associée aux REtrouvailles familiales, à la paration du mal subi, au bonheur de l’identité REtrouvée, tous ces mots avec le préfixe RE, en gras, en italique, en majuscules.

Les réjouissances dépassent les frontières de l’Argentine, et de très loin. En Espagne, d’où j’écris, la presse se réjouit, non pas parce que l’événement peut se décliner autour des verbes lutter ou réparer mais parce qu’il est possible de le conjuguer avec d’autres verbes plus émotionnels (pleurer, s’émouvoir, reconstruire le foyer) et ce, sous le couvert d’autres substantifs plus quotidiens et ordinaires (grand-mère, petit-fils, famille). La grand-mère dans la dernière partie de sa vie, une autre enfance volée, cette victime qui cesse enfin de l’être… Voilà des lignes narratives qui pèsent plus que d’autres possibles, plus âpres (le fils de qui, le fils de quoi, disparu par la faute de qui et comment). Non loin de là, à Rome, le Pape félicite sa compatriote Estela de Carlotto pour la persévérance qui a permis de retrouver son petit-fils et de reconstruire une famille défaite. Pendant ce temps, à New York, les Nations Unies félicitent les Grands-mères de la Place de Mai pour avoir associé efficacement la science (détermination des liens de parenté grâce aux tests ADN) et la politique des droits de l’homme.

Les Grands-mères et les Mères de la Place de Mai, les familles des détenus disparus, H.I.J.O.S, Hermanos… La réponse à la disparition forcée de personnes a trouvé dans le sang, un argument imparable. Cela aurait pu se dérouler autrement, rien n’imposait cette approche, mais c’est pourtant ce qui s’est passé. La catastrophe dévastatrice que représente la disparition forcée pour notre conception de l’identité a été combattue avec encore plus d’identité, et pas n’importe laquelle : celle que symbolise cette matière visqueuse qu’est le sang. L’explication était évidente : les disparus s’étaient volatilisés dans un espace inexistant, à mi-chemin entre la vie et la mort, proche d’un vide que certains considèrent impossible à envisager2. Il fallait les attacher solidement et le sang, comme d’autres fluides corporels, a créé ces solides attaches tout au long de notre histoire : la vérité, la famille, la filiation, l’identité… Pour le cas des enfants volés, les possibilités de revivre d’anciennes attaches ou d’en inventer de nouvelles étaient très faibles car il ne restait rien d’eux, ni souvenir, ni photo, ni restes, ni histoire. Il ne restait que celles que leur corps portait, l’empreinte génétique, la marque du sang. Tout un travail d’invention technique à partir de l’ADN a permis d’établir ce qui était impossible jusqu’alors : un sujet est lié à un autre même sans échantillon des géniteurs. Eurêka ! : les Grands-mères contribuent à donner naissance au « lien de grand-parentalité ».

Une justification pratique – ce dont on disposait pour les localiser – se traduisit par une procédure technique – tests ADN et lien de grand-parentalité. En fin de compte, au terme de cet argument, l’association du pratique et du tactique aboutit à une définition ontologique : le génétique a fini par définir l’être lui-même. Sang, ADN et identité font maintenant partie de la même équation. Ainsi, pour combattre la dissolution de l’être qu’il fut, les organismes des droits de l’homme se sont équipés d’un récit fort sur le besoin de cupération, paration, REcomposition… Ils déposèrent la force de cette mélodie en dans le biologique, ce qui conduisit à des positions sur ce que c’est, extrêmement conservatrices, voire carrément essentialistes : être c’est l’ADN, c’est la biologie. L’identité, clé de voûte du récit des organismes des droits de l’homme, et notamment celui des Grands-mères de la Place de Mai, est ainsi ou n’est pas.

Cela aurait pu être différent mais ça n’a pas été le cas. Et cela a fonctionné, au point où ce récit s’est diffusé des petits groupes des familles vers les grandes politiques publiques et les vérités partagées par les citoyens. Aujourd’hui, la dimension du travail de ces organismes est bien différente de ce qu’elle était à ses débuts : les victimes (la « communauté biologique des victimes », selon l’expression de la chercheuse argentine Cecilia Sosa3 ) sont fortement remontées dans l’échelle du prestige social. Leur façon de travailler, leur combat si l’on veut, est intrinsèquement liée à la famille, au sang, à la génétique. Elle a pris du pouvoir (dans le sens de capacité de construire une réalité) et a beaucoup endurci notre approche – celle des citoyens dans leur ensemble – de dimensions de la vie en soi très souples ; l’identité et l’humain ne se conçoivent plus de la même façon depuis que cette stratégie a connu ce succès.

Le sang des victimes est certainement un matériau lourd, solide. Il est difficile de l’ignorer. Comment ne pas s’émouvoir devant Ignacio Guido lorsqu’il dit « je suis le musicien que mon père était et l’oratrice qu’était ma mère ». Ou devant Horacio Pietragalla, le « petit-fils retrouvé n° 75 » lorsqu’il dit que s’il aime les fruits de mer ou Pink Floyd, c’est parce que ses parents biologiques les appréciaient, même s’il leur a été enlevé peu après sa naissance ? Mais lorsque cette substance visqueuse nous échappe, il devient un matériau glissant. Perçu comme la matérialisation de la véritable identité, ce que contient ce liquide rouge expulse hors de ces substantifs (vérité, identité, etc.) de nombreuses situations sociales où ces termes sont aussi interrogés : personnes transgenres, adoptions, maternités et paternités multiples, gestation pour autrui, dons d’ovules, indigénéités et nationalités hybrides, etc. S’agit-il de fausses identités ou de pseudo-identités ? Aujourd’hui, on pourrait finir par le penser. Quand le sang gouverne, les conséquences sont notamment celle de la diffusion d’une politique de l’identité comme celle des Grands-mères de la Place de Mai vers des territoires étrangers à la lutte contre les conséquences de la disparition forcée. Ces territoires sont alors envahis par une rhétorique (celle de l’être, la vérité, le biologique, le génétique) qui porte les traces de l’inattaquable. Il est peut-être souhaitable de reconsidérer le contrôle par le sang et commencer à le contrôler.

source : http://ungritodekorazon.blogspot.fr/2011/06/todos-los-organismos-unidos-contra-la.html
« On ne tâche pas le foulard des Mères des disparus. On ne négocie pas avec l’ADN ». Le foulard est porté par les Mères de la Place de mai en Argentine en référence aux langes des enfants qui leur ont été enlevés : les militants opposés à la dictature militaire (1976-1983), victimes de disparitions forcées.

Gabriel Gatti, Université du Pays Basque, Espagne

  1. Mais bien d’autres auraient mérité un article dont l’Argentine resterait le centre : le traitement de l’affaire sur les plateaux de la télé-poubelle, la preuve que la sensibilité humanitaire a été élevée au rang de vérité partagée, la politique de la mémoire devenue « image de marque » nationale… []
  2. Voir Gabriel Gatti, Surviving forced Disappearance in Argentina and Uruguay. Identity and meaning, New York, Palgrave Macmillan, 2014 []
  3. Queering Acts of Mourning in the Aftermath of Argentina’s Dictatorship. The Paradoxes of Blood, Tamesis Books, Londres, 2014. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *